BIO-BEAUTE-ZEN
  • Par Isabelle Louet
  • Posté le 01 juillet 2020

INSTITUT BIO BEAUTÉ ZEN : L’IMPORTANCE DU LIEN

Une démarche écoresponsable
Et ça marche. Deux ans après avoir repris un institut en perte de vitesse au cœur de Montpellier, son chiffre d’affaires ne cesse de croître et Valérie a renouvelé à 90 % le|fichier client. «J’enregistre jusqu’à 16 nouveaux clients par mois|», confie-t-elle. Plus encore, le profil de sa clientèle a complètement changé, « 58 % a moins de 40 ans et 37 % moins de 30 ans ». Ce succès auprès des jeunes s’explique par le fait qu’elle répond naturellement à leurs attentes. «Cette génération privilégie la qualité de service, mais, en plus, est sensible aux valeurs du bio, du local, du green, elle consomme en conscience.» Des demandes en adéquation avec les valeurs prônées par Valérie dans son institut. «|J’ai adopté une stratégie écoresponsable, non parce que c’est tendance, mais parce que c’est dans mon ADN» Adepte du bio responsable et du zéro déchet au quotidien, elle les développe au maximum dans son institut. Ainsi, côté consommable, cette professionnelle engagée privilégie les packagings, contenants et matériels recyclables, recyclés, lavables, réutilisables, etc., mais sans jamais oublier la qualité: « Si le produit n’est pas assez qualitatif, je ne le prends pas ». Quant aux marques, pour qu’elle les utilise, il ne suffit pas que ces dernières soient installées dans la région et fabriquent des produits bio et naturels, elles doivent aussi être une source de liens. « Je travaille, en ce moment, avec Bioreline d’Alès, Fille au Pluriel, marque installée à Sète, et Clever Beauty à Aix-en-Provence, parce qu’elles véhiculent les mêmes valeurs que moi et que je m’entends bien avec les fondateurs. Une histoire de rencontres »

La qualité des échanges
Cette convivialité, Valérie la distille aussi entre les murs de|son salon. À tel point que les habituées l’appellent par son prénom et ne tarissent pas d’éloges sur les réseaux sociaux. Un vecteur de communication simple et efficace|: «| Mes nouvelles clientes me disent souvent| : “Si on vous appelle par votre prénom, c’est que vous avez un truc en plus”. » Ce lien prend des formes surprenantes. À l’image de ce petit coin dans l’institut où l’on trouve un arbre à livres. «|À|force de discuter de littérature avec des clientes, on a commencé à s’échanger des livres et on a décidé de les mettre à disposition|», sourit Valérie.

Prendre le temps
« Mes clientes sont des adeptes de la slow cosmétique et recherchent des prestations à forte valeur ajoutée et individualisées .» Le temps, voilà encore une des valeurs sur laquelle Valérie demeure intransigeante. «Pendant un soin, mes clientes se mettent à nu, elles s’abandonnent. On se doit de les écouter, d’être attentive et de leur donner ce qu’il y a de mieux.» Du temps avant, pendant|: «|Je ne quitte pas la cabine pendant la pose d’un masque, par exemple », et après|: «|La cliente doit pouvoir rester dans la cabine pour finir de se relaxer avant de replonger dans son quotidien.»
Tous ses protocoles, Valérie les a pensés dans cet esprit. Même l’épilation donne lieu à un soin complet où elle allie relaxation, musique et bien-être: «J’y ai intégré un mas-sage en fin de soin. » Prendre le temps, se consacrer à sa cliente, ce sont les clés d’une relation durable. 

ET POURQUOI PAS VOUS ?

Pour devenir l'institut du mois, envoyez-nous votre candidature sur institut@beauty-forum.fr


Les autres articles de la rubrique

le boudoir parisien

Le Boudoir parisien : le luxe à la française

Un lieu qui transmet le luxe à la française, où bien-être rime avec élégance, où l’on découvre des soins comme nulle part ailleurs… C’est tout cela, le Boudoir parisien.

  • Par Isabelle Louet

L'institut du mois : ROYAL SPA

Masseur par passion, informaticien par opportunité, Sylvain Evezard a trouvé sa voie en rachetant Le Royal Spa à Lyon. Après dix-huit mois d’activité, le succès est au rendez-vous. Sa recette est simple : une auto-évaluation permanente.

  • Par la Rédaction

L’institut du mois : EFEELIGN

La plupart des esthéticiennes détestent les machines. Ce n’est pas le cas de Betty, fondatrice du centre Efeelign, à Dreux. Pour cette spécialiste de l’amincissement, les appareils remplacent avantageusement le personnel. À condition de maîtriser parfaitement son organisation et son planning.

  • Par la Rédaction

Je m'abonne

Gagnez du temps, abonnez-vous en ligne

Categories

Newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter Beauty Forum et recevez en avant première toute l'actualité beauté et bien-être.

    JE M'INSCRIS !

Beauty Forum Paris 2019