INSTITUT KORALY
  • Par Isabelle Louet
  • Posté le 02 juin 2020

INSTITUT KÖRALY : LA NATURE AU CŒUR DES SOINS

Dès qu’elle pénètre sur le domaine de Beaucé, situé à trente kilomètres de Nantes, Coralie se sent envahie par une douce quiétude. « Les paons accompagnent mon arrivée, c’est magique, » sourit-elle. « Seul le chant des oiseaux vient perturber le silence ». Un coin de nature, préservé des regards et de la pollution. C’est sur ce domaine privé, situé en lisière de forêt dans la région nantaise, abritant un immense lac, qu’est installé l’institut de Coralie Burot.

Un espace intelligemment partagé
Le propriétaire a créé trois lieux autonomes assez éloignés les uns des autres afin que personne ne se gêne. Tous donnent sur le lac. « Avec son épouse, il gère un magnifique gîte “Au détour de l’île”. Quelques mètres plus loin, on trouve l’espace “travail et loisirs” qui abrite les activités d’un professeur de Pilates et d’un réflexologue, et puis, enfin, l’espace bien-être avec mon institut qui s’étend sur 200 m² », explique Coralie. « Je dispose en plus d’un jacuzzi, d’un sauna et d’une tisanerie ».

Un véritable coup de foudre
L’endroit, elle le découvre via une petite annonce sur Internet, par hasard. « Je ne sais plus ce que je cherchais ce jour-là, mais en tout cas, je ne surfais pas pour trouver un lieu où m’installer, c’est sûr,» dit-elle en riant. « Il y a deux ans, je n’avais aucunement l’intention d’ouvrir  mon propre institut ! Je travaillais depuis sept ans à la thalassothérapie du Croisic et j'y étais très heureuse ». Pourtant, tombée sous le charme des photos diffusées sur le net, Coralie décide d’aller visiter le domaine par curiosité. « Je n’aurais jamais dû ! J’ai été saisie. Je m’y voyais déjà. Tout était prêt, construit, je n’avais qu’à installer mes meubles, » explique-t-elle. « En fait, le propriétaire avait construit le spa pour lui avant de décider de le mettre en location. Cette super opportunité me permettait de me lancer sans prendre trop risque, puisque je n’avais aucun investissement à faire ». Dès la fin de la visite, l'envie de tenter l’aventure la titille. Encouragée par son mari et ses parents, elle franchit le pas et, en moins de six mois, quitte son poste d’esthéticienne hydrothérapeute, déménage à Varades et créé l’institut Köraly.

Chaque chose en son temps
Coralie joue la carte de la personnalisation et de la privatisation. Pas question que ses clients ne se mélangent, pas question non plus de laisser l’accès au jacuzzi ou au bassin pendant qu’elle prodigue les soins. « C’est aussi une histoire d’assurances » précise-t-elle. Ce lieu unique, qui ne compte qu’une cabine, lui permet de multiplier les offres. « En plus des soins du visage et des massages traditionnels, j’ai créé des rituels. J’adore composer des packs de soins, cela me rappelle la thalasso. C’est idéal pour créer du lien avec ses clients. Les gens sont là pour deux, trois, quatre heures, cela permet d’instaurer un climat de confiance, d’apprendre à se connaître, cela favorise le lâcher-prise. Quand ils repartent, les clients sont complètement détendus ». Un de ses rituels préférés ? “Le suprême”. D’une durée de quatre heures, il comprend une séance de relaxation Waff®, un gommage, un enveloppement, un modelage, un soin du visage, une pause gourmande et les accès au jacuzzi et au sauna. Si la clientèle locale fonctionne par le bouche-à-oreille et grâce à la présence de l’institut sur les réseaux sociaux, Coralie travaille également en synergie avec le propriétaire du gîte. « Nous proposons des packs détente aux vacanciers ». Elle envisage de collaborer aussi avec le réflexologue et le professeur de Pilates. « Le propriétaire a veillé à ce que nous soyons tous en harmonie et dans un esprit bien-être, c’est un plus très vendeur ». Depuis un an et demi, Coralie a l’impression de vivre sur un petit nuage tant elle s’épanouit dans cet endroit inattendu et qui lui a même valu le Beauty Forum Award du lieu atypique 2019. « C’est une super reconnaissance et un encouragement à poursuivre, » sourit la jeune femme de 27 ans qui foisonne de projets. « Je voudrais installer une cabine destinée aux massages sous affusion, créer une cabine extérieure pour l’été, arranger la terrasse pour permettre aux clients de se prélasser après les soins, mais il faut laisser le temps au temps, » reconnaît-elle. « Si je veux que ma petite entreprise fonctionne, je dois être patiente. » 

ET POURQUOI PAS VOUS ?
Pour devenir l’institut du mois, envoyez-nous votre candidature sur institut@beauty-forum.fr

 


Les autres articles de la rubrique

BIO-BEAUTE-ZEN

INSTITUT BIO BEAUTÉ ZEN : L’IMPORTANCE DU LIEN

Pour Valérie Alric, le succès d’un institut, celui qui fait que le carnet de rendez-vous se remplit sans aucune difficulté, ne tient pas à la seule qualité des soins qu’on y prodigue. Le succès d’un institut dépend aussi du lien qui se tisse, de la confiance qui s’établit avec les clients. « Il faut associer savoir-être et savoir-faire », explique la lauréate du Beauty Award 2019 dans la catégorie Jeune Créateur.

  • Par Isabelle Louet
mandarine blanche

La Mandarine blanche : secret d’alcôve

Aucun pas de porte, aucune vitrine, aucune enseigne lumineuse… La Mandarine blanche n’est pas un salon d’esthétique comme les autres. Pour y accéder, il faut pousser une lourde porte d’immeuble haussmannien puis monter au deuxième étage.

  • Par Isabelle Louet
PETIT SALON

Le Petit Salon : l’alchimie bien-être

« Meilleur lieu de beauté » et « Coup de cœur du jury », ses deux prix en main, Magalie Domingie rayonne. Certes, en s’inscrivant à l’édition 2019 des Awards de BEUTY FORUM, la jeune femme espérait en obtenir un, comme tous les participants. Mais de là à en décrocher deux !

  • Par ISABELLE LOUET

Je m'abonne

Gagnez du temps, abonnez-vous en ligne

Categories

Newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter Beauty Forum et recevez en avant première toute l'actualité beauté et bien-être.

    JE M'INSCRIS !

Beauty Forum Paris 2019