PRODUITS-SOLAIRES
  • Par Anne-Sophie Gamelin
  • Posté le 29 juin 2020

Produits solaires : Mode d'emploi

Pour mesurer l’intensité du rayonnement UV solaire et du risque qu’il représente pour la santé, on peut s’appuyer sur la définition établie par le Haut Conseil de la Santé Publique en France (voir tableau). L’indice UV est décliné en quatre catégories, correspondant chacune à un niveau de risque et variant selon le type de peau. Les sujets à peau claire sont davantage exposés au risque de cancer de la peau, en raison de leur relative absence de pigmentation. Bien que possédant davantage de pigments protecteurs, les personnes avec une peau foncée sont également sensibles aux effets nocifs du rayonnement UV : le vieillissement cutané prématuré lié à une surexposition solaire pouvant également les affecter. On distingue six phototypes, allant des épidermes laiteux, qui ne bronzent pas et fortement sujets aux coups de soleil, aux peaux noires, qui n’en attrapent que très rarement.


Les conditions d’ensoleillement

L’intensité du rayonnement dépend de nombreux facteurs :

  • l’altitude : la quantité d’UVB augmente de 4 % tous les 300 mètres ;
  • la latitude : la quantité d’UVB est, par exemple, plus importante au niveau des tropiques ;
  • la réverbération, qui varie selon la nature du sol : 85 % pour la neige, 15 % pour le sable, 20 % pour l’eau et 10 % pour l’herbe ;
  • l’heure : le rayonnement UV est maximal entre 12 et 16 heures ;
  • les nuages : ils ne filtrent pas les UV, seulement le rayonnement infrarouge (IR).


L’indice de protection 

L’indice de protection (IP) d’une crème solaire mesure son efficacité. Il évalue son pouvoir protecteur contre les coups de soleil provoqués par les rayons UVB, mais aussi contre les UVA, responsables de cancers cutanés à long terme. Il correspond au rapport entre le temps nécessaire pour développer un érythème avec et sans crème solaire. Par exemple, pour une personne développant un coup de soleil après 10 minutes d’exposition sans protection, cela signifie qu’elle pourra, après avoir appliqué un produit avec IP 15, s’exposer pendant 2h30 (15 fois 10 minutes) avant de voir un érythème apparaître. 

Ainsi, dans un souci de clarification, l’Afssaps (Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé) a défini quatre niveaux de protection solaire :

 

• Faible protection – IP affichés 6 ou 10.

• Moyenne protection – IP affichés 15, 20 ou 25.

• Haute protection – IP affichés 30 ou 50.

• Très haute protection – IP affiché 50+.

 

Le choix de l’indice de protection doit donc être guidé en fonction du risque solaire (phototype et conditions d’ensoleillement).

 

Abonnez-vous ici au magazine Beauty Forum pour plus de conseils beauté. 


Les autres articles de la rubrique

Les vertus de l'eau de rose

Anti-inflammatoire et décongestionnante, l’eau de rose est idéale pour protéger la peau des radicaux libres. À utiliser sans modération !

  • Par la Rédaction
l

L’anti-âge, concept en trois phases

L'anti-âge est un thème de soin central dans l'institut de beauté. Pour obtenir un résultat optimal, il faut associer, pour un concept de traitement performant, trois séquences définies de phases de soin. Par Susanne Pfau

  • Par Susanne Pfau

Soins postsolaires : intense réparation

Exposition sans protection, eau de mer, chlore de la piscine… L’été, la peau est soumise à rude épreuve. Pour accueillir en douceur vos clientes au retour des vacances, entourez-vous des meilleurs ingrédients réparateurs.

  • Par la Rédaction

Je m'abonne

Gagnez du temps, abonnez-vous en ligne

Categories

Newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter Beauty Forum et recevez en avant première toute l'actualité beauté et bien-être.

    JE M'INSCRIS !

Beauty Forum Paris 2019